Actualités

Le retour des Barbey Indie Club !

Pour ce début de saison, trois Barbey Indie Club sont programmées, avec un prix (10 euros) et un projet commun : valoriser les artistes de la scène indépendante, quelles que soient leurs origines musicales.

La saison commencera le 18 octobre, avec Micah P.Hinson et Orval Carlos Sibelius.
Micah P.Hinson, c'est une pépite de pop/folk qui vous transportera au Far West dès les premières notes. L'américain ne se contente pas de chanter : il nous conte des histoires. Tout en lui inspire la fragilité, et ce ne sont pas ses textes tourmentés qui diront le contraire. Son nouvel album The Holy Strangers sortira le 8 septembre prochain, et nous promet de nouveaux récits : ceux du quotidien d'une famille en temps de guerre.

Pour cette première date, il sera accompagné de Orval Carlos Sibelius. France Culture qualifie ses textes « d'aussi éblouissants que violents, désespérés », tandis que Les Inrocks parlent de la « remarquable acidité » avec laquelle s'exprime l'artiste. Entre psychédélique et électronique, l'artiste français saura vous faire planer.
Plus d'infos sur cette soirée sur ce lien

 

Quelques jours plus tard, le 25 octobre, aura lieu la deuxième soirée Indie Club : White Wine et Tonstartssbandht. Dans un autre registre, plus rock, White Wine portera haut les couleurs des Barbey Indie Club. Entre pop hybride et rock indé, le groupe anglais a su trouver son équilibre pour séduire son public. Joe Haenen, le leader du groupe, pratique une synesthésie enivrante, et saura vous faire goûter son savoureux vin blanc.

Quand aux deux frères australiens de Tonstartssbandht, il serait difficile de leur coller une étiquette. Pour Les Inrocks, « c'est tout un pan de la définition même du mot « expérimentation » » qui est retranscrit dans leur musique.
Plus d'infos sur cette soirée sur ce lien

 

La troisième et dernière date annoncée est, là encore, très différente. Le label Born Bad Records (spécialiste d'un rock entre élégance et psychédélisme) fête ses 10 ans, et vous présente pour cela 2 de ses groupes : Cannibale et le Villejuif Underground. La musique des normands de Cannibale ressemble à leur nom : elle est sauvage. Dans un psychédélisme assumé, ils nous font partager une musique presque visuelle. Quand aux Villejuif Underground, qui sont désignés comme « le gang du Val-de-Marne » par le site Noisey, ils mélangent les origines australiennes et parisiennes des différents membres du groupe. Ils vivent et enregistrent tous ensemble, dans leur joyeuse maison de Villejuif, et réinventent avec humour le rock français traditionnel.

 

En définitive, les Barbey Indie Club, ce sont avant tout des artistes sans étiquette et sans attache, qui ont envie d'explorer tous les horizons musicaux et de s'en inspirer pour injecter le meilleur dans leur musique. Ce sont des soirées avec de vrais artistes indépendants où tous les genres et tous les sens se mélangent, pour un public qui pense que la musique n'a pas de barrière.
Plus d'infos sur cette soirée sur ce lien