Black Country, New Road
+ Drug Store Romeos
vendredi 29 octobre
Ouverture des portes : 20h30
Concert : 21H
Style(s) : Rock
Tarif(s) : 12€ (Prévente) / 15€ (Sur place)
Organisateur(s) : Black Country New Road / Rock School Barbey / The Talent Boutique
Barbey Indie Club

RÉGLEMENTATIONS PRÉFECTORALES EN VIGUEUR

Vous devrez présenter un pass sanitaire (passeport vaccinal, test PCR ou antigénique de moins de 72h) pour entrer au sein de la Rock School Barbey et participer aux différentes activités : concerts, cours de musique, répétitions, studio, ateliers, Teenage Week... 

Le port du masque reste obligatoire. 

Sans ce pass, la Rock School Barbey se réserve le droit de vous refuser l'entrée. 


CONCERT REPORTÉ

Le concert de Black Country, New Road, prévu initialement le 23 janvier 2021 à la Rock School Barbey est reporté au 29 octobre 2021

Les billets déjà achetés restent valables pour la nouvelle date

Si vous souhaitez vous faire rembourser
- Weezevent : contactez joanne@rockschool-barbey.com avec votre billet et votre RIB en pièces jointes.
- Autres points de vente : veuillez contacter le PDV concerné. 

Remboursement clos depuis le 31.03.21


BLACK COUNTRY, NEW ROAD

Dans les pas de Squid ou Black Midi, passés eux aussi par l’écurie anglaise Speedy Wunderground avant de devenir les nouvelles coqueluches incontestées du rock anglais, Black Country, New Road s’affranchit des règles pour concevoir une musique explosive intégrant spoken word à l’accent british prononcé, post-rock nerveux hérité de Slint et Shellac, et improvisations sonores empruntés à la musique Klezmer
Véritable bêtes de scène, les performances incendiaires du groupe virent au pétage de plombs généralisé à chaque concert programmé à Londres ! Black Country, New Road est donc promis à un bel avenir et s’impose comme la nouvelle figure montante d’une scène britannique en ébullition.

"Black Country, New Road, a seven-strong unit of musicians, create rich and foreboding narratives of social and sexual anxieties, thickened by saxophone and violin that twist into horrific knots of noise over multiple, carefully sequenced musical passages.” The Independent